Julia Tolofua Championne de France Junior !

Sur la lancée de la médaille obtenue hier par la légère Noémie Brochot au Championnat de France Junior, l’ACS Peugeot Mulhouse décroche deux nouvelles médailles avec Agathe Devitry et Julia Tolofua !

La lourde Julia Tolofua arrivait à Lyon avec l’étiquette de femme à abattre. Un statut acquis au grès de la saison avec une participation au Tournoi de Paris, de nombreuses médailles sur les tournois nationaux et internationaux et une médaille de bronze au dernier championnat de France 1D. Ce matin la mulhousienne visait clairement le titre et n’a pas failli dans cette quête. Trois premiers combats gagnés avec autorité et direction les ¼ de finale. L’originaire de Wallis et Futuna est alors opposée à Vernaudon, licenciée à Sainte Genenviére des Bois et originaire elle de Tahiti. Un duel insulaire et exotique pour ce ¼ de finale. Un combat qui tient toutes ses promesses, Vernaudon ne se laissant pas déstabiliser par la puissance de la mulhousienne. Mais le mental et l’expérience permettent de faire la différence, quatre shido pénalisent la francilienne et envoient Tolofua en ½ finale. Un nouveau rude combat l’attend face à la championne de France cadette en titre Romane Dicko. Une combattante qui ne se laisse pas décontenancée par l’imposante stature de Julia Tolofua. Le combat se jouera que sur un shido en faveur de la protégée de Céline Lebrun qui la propulse en finale nationale face à la médaillée de bronze de la saison passée, Lauryne Lage. Une rencontre maitrisée par celle pré-formée en Corse, la lourde Julia Tolofua, qui grâce à un yuko marqué à mi-combat s’octroie une belle médaille d’or. Sa première chez les juniors, deux ans après le bronze alors qu’elle était cadette.






Chez les -70kg, Agathe Devitry était attendue pour aller chercher une médaille, surtout en l’absence des deux leader de la catégorie, Marie-Eve Gahié et Marine Olarte. Un premier tour terminé en peu de temps, gagné sur étranglement, un second tout aussi bien mené face à Goubet la sociétaire de Sucy judo permet à la mulhousienne de se qualifier pour les 1/8e de finale. Même punition au tour suivant. En ¼ de finale, opposition face à la dijonnaise Castain, 5e du Championnat de France cadet la saison passée. Une superbe attaque lui permet de se hisser en ½ finale face à la vice-championne en titre, la périgourdine Molene. Un combat qui s’annonce explosif entre deux des outsiders de la compétition. « Moléne est une judokate que je connais bien, je l’avais déjà battu à deux reprises, c’est la première fois que je perds contre elle… C’est toujours tendu et cela a encore été le cas » nous confie Agathe Devitry à la sortie de sa journée. Une rencontre qui tient ses promesses. Un premier avantage marqué par la barabine d’origine laissait penser que Devitry va parvenir à se qualifier pour la finale nationale, « je pensais que c’était fait… Une erreur de ma part, je n’ai pas bien su gérer cette rencontre… » explique la mulhousienne. Mais un waza-ari marqué par Molene douche les ambitions de titre pour Agathe Devitry. Une défaite en ½ finale qui envoie l’alsacienne en combat pour la médaille de bronze. La déception se lit sur son visage à la sortie de cette défaite, « j’étais dégoutée, mais l’envie d’une médaille a repris le dessus ». Reboostée par sa coach Céline Lebrun elle parvient, grâce à deux o-soto-gari surpuissant, à décrocher la médaille de bronze nationale. Une médaille qu’elle a déjà pu accrocher à son palmarès il y a deux ans alors qu’elle n’était que cadette, « je suis malgré tout contente de ma médaille même si j’aurais pu/du faire mieux… », voici le sentiment d’Agathe Devitry avant de rentrer en Alsace…



Chez les masculins Robin Leroy était le seul représentant mulhousien de la journée. Un premier tour bien géré par le mulhousien avant de chuter au second tour face au futur vice-champion de France de la catégorie, le marseillais Hardy. Place alors aux repêchages pour l’alsacien. Deux combats gagnés dans ce nouveau tableau dont un sur un magnifique ura-nage, un des plus beaux mouvements de la journée. En finale de repêchage, il retrouve le franc-comtois Jarno. Un voisin qu’il a l’habitude de rencontrer. Un combat qui tient en haleine l’ensemble des spectateurs, aucun point marqué durant les quatre minutes de combat… Place alors au golden score. Après une minute supplémentaire le sociétaire de FCJB parvient à faire chuter Leroy et stoppe sa remontée. Un parcours satisfaisant pour ce jeune judoka pur produit du judo alsacien.
Rania Bouchareb et Marine Giraud sont éliminées de façon prématurée sans avoir l’opportunité d’être repêchée.



Entretien réalisé avec Julia Tolofua :

Ce matin, au réveil quelle était ton ambition ?
Je venais à Lyon pour gagner le titre après ma médaille de bronze il y a deux ans et ma non-participation la saison passée.

Quelques combats faciles avant de passer aux choses sérieuses à partir du ¼ de finale, qu’est ce qui a fait la différence ?
Le mental avant tout. Dans la tête je savais que je venais pour gagner le titre. Le physique et le judo aide aussi mais c’est vraiment le mental qui a fait la différence. En finale mon adversaire m’a un peu surprise, je ne pensais pas qu’elle serait à ce niveau, mais cela n’a pas suffi.

La saison se termine, quel est le bilan ?
Une saison pleine, je me suis bien rattrapée de ma saison blanche dernière. Céline est une coach merveilleuse, je suis contente de ma première saison au club avec un groupe où on s’entend toutes très bien !

Maintenant que tu as cette médaille, quels sont les objectifs ?
Performer lors des prochains tournois internationaux, aller au Championnat d’Europe junior et ne pas en revenir les mains vides…