Entretien présidentiel...

La saison 2016-17 a maintenant commencée depuis un mois avec un beau premier titre avec le sacre de Julia Tolofua au Championnat d'Europe Junior... L'occasion de faire le point avec le président du club, Didier Berkati.





- Une seule athlète (Lisa Marchése) est venue renforcer le groupe féminin, pour quelle raison ?

Tout d'abord, Lisa fait partie d'un groupe de filles qui se connaissent déjà bien et s'apprécient en s'entrainant ensemble à l'INSEP. Elles se voient et les liens sont forts puisque j'entends déjà parlé d'elle depuis plus de six mois. A ce titre, il me paraissait normal de l'intégrer, d'autant qu'elle vient compléter notre besoin dans une catégorie de poids où nous n'avons plus d'athlètes. 





- Après la très bonne saison de Julia Tolofua (championne de France junior et en bronze chez les seniors), cela n'a pas été trop dur de la garder au club ?

Aucunement et la question ne s'est même pas posée: lorsqu'on a confiance et que l'entente est bonne, il n'y a pas de souci. je pense que personne n'oublie le projet que nous nous sommes fixés: en premier lieu les athlètes.


- La saison passée avec beaucoup de nouvelle athlètes a-t'elle été à la hauteur de vos attentes ?

C'est une saison en demi teinte sur le plan générale parce nous avons eu plusieurs athlètes qui se sont blessés et parfois gravement, ce qui a partiellement diminué nos résultats. Par contre, les autres athlètes (valides) on très bien tournées en terme de résultats et se sont donc plutôt bien préparées pour nos futurs championnats. 
Cette équipe de jeunes grandit et avance en prenant beaucoup d'assurance. Elle le montre sur les tatamis en France et à l'étranger. Que souhaiter de plus ?


- Quels sont les objectifs du haut niveau cette année ?

Sur le plan Individuel, nous attendons une poursuite de la montée en puissance des athlètes au niveau national. Concernant les épreuves par équipe, nous pouvons légitimement envisager un podium.


- De plus en plus de clubs arrêtent le haut niveau ou rencontrent de grandes difficultés, quant est-il pour Peugeot Mulhouse ?

Sauf nouvelle information venant de nos partenaires, et je pense en particulier au principal, la ville de Mulhouse, il n'y a aucun changement concernant notre engagement sur le haut niveau. Nous souhaitons accentuer davantage la formation du haut niveau à Mulhouse et ainsi de voir aussi nos jeunes Mulhousiens sur les podiums nationaux. Pour l'instant, cela fonctionne bien puisque en minimes, en cadets comme en juniors, nous avons réussi à placer nos jeunes sur les podiums nationaux. Maintenant, il faut que le groupe s'étoffe progressivement et par capillarité, gagne du terrain sur les jeunes Mulhousiens.


- Cela faisait 10 ans qu'une jeune formé au club n'avait pas décroché une médaille national (Erwan Boucard, 3e chez les cadets), un épiphénomène ou pas ? 


C'est assez drôle parce que je viens de répondre à cette question en expliquant le projet qui est le nôtre: construire un pôle Mulhousien de formation de haut niveau qui nourrisse l'ensemble des jeunes du territoire et qui alimente aussi le haut niveau. Erwan Boucard ouvre la voie et montre qu'il y a un gros potentiel à Mulhouse. Nous avons d'autres jeunes qui ont fait des podium nationaux l'année d'avant chez les filles. Et  comme Erwan, elles étaient Mulhousiennes. Je constate que la dynamique sportive au judo est présente et qu'elle impose de plus en plus sa présence au niveau national d'athlètes Mulhousiens.
Je rends honneur à l'ensemble des  bénévoles du club qui sont à l'origine de cette réussite. Nous avons l'immense bonheur d'avoir des entraineurs dévoués au monde du judo et guidés par notre directeur technique, Vincent Carabetta, qui opère sur tous les niveaux. La réussite de nos athlètes est aussi inhérentes au travail de fond effectué depuis de longues années par notre équipe (entraineurs mais aussi bénévoles) au club, alors encore une fois, MERCI à eux !




- Qu'attendez-vous sur le plan sportif de l'ouverture de deux nouveaux dojos (Milhusina et Balderhseim) ?

L'ouverture de ces deux dojos, un à Mulhouse et l'autre à Baldersheim, n'est qu'une poursuite de notre activité en d'autres lieux. Celle de Baldersheim vit presque en autonomie et fonctionne plutôt bien et celle de Mulhouse-Milhusina doit permettre d'occuper le terrain par une nouvelle activité.
L'objectif principal étant toujours de développer le judo en multipliant la pratique par nos jeunes.




- Vous entamez votre 5eme saison en tant que président, toujours la même motivation et la même envie qu'au début ?


Effectivement, J'entame ma 5ème saison au club en tant que président et je dois avouer que c'est toujours avec autant de plaisir qu'au départ. Le début de la 1ère Olympiade a été dur pour moi parce qu'il a fallu restructurer, changer des habitudes pour pouvoir continuer notre activité et demander à tous de faire des efforts. Cette période est derrière nous et maintenant je crois que tout le monde se connait bien et sait ce qu'il a à faire. Je ne dis pas que la vie est rose mais que nous avons réussi à poser les pierres de notre édifice, de notre projet commun. Et qu'au fil du temps nos choix sportifs se sont avérés optimums alors que beaucoup d'entre eux ont pu susciter le doute et la colère au départ, en interne comme en externe. Aujourd'hui, tout le monde s'accorde à dire que nous avons eu raison et que le chemin emprunté est le bon (petits rire du Président précisant que c'est toujours facile de s'entendre dire après coup: vous aviez raison......même si j'étais sceptique et que j'avais peur du changement !).
Alors plus aujourd'hui qu'hier, je suis vraiment content de conduire cette aventure avec toutes les personnes du club.