Tournoi de Paris en vue..

La mulhousienne Mélodie Vaugarny (-48kg), troisième du dernier championnat de France va monter sur les tapis de Bercy pour la première fois samedi prochain dans le cadre du Tournoi de Paris. Une première pour elle. En ce début de nouvelle olympiade, cette sélection est un signe de confiance de la part du staff tricolore. Une belle performance lui ferait marquer des points. Entretien avec la légère mulhousienne à quelques jours du Tournoi de Paris.



Le 11 février tu fouleras pour la première fois les tapis de Bercy, la pression commence à monter ?

Non pas pour l’instant, mon quotidien reste quasiment le même mais je pense que la veille quand j’irai à la salle, la pression commencera à venir…

Crédit: P. Bouvard / FFJudo
Appréhendes-tu ton premier combat au Tournoi de Paris ?

Oui forcément un peu… mais ce n’est pas une appréhension négative. Je sais que ça va être impressionnant, mais au bout du compte on reste face à une seule personne que l’on doit combattre, et je fais cela tous les jours…


Quels sont tes objectifs pour ce Tournoi ?

Je m’y rends avec un seul objectif, décrocher une médaille.


Quels sont les enjeux de ce Tournoi de Paris ?

Une place est à prendre en -48kg au sein de l’équipe de France, c’est ça que je veux atteindre, c’est ça l’enjeu de ce premier tournoi de Paris de l’olympiade.


Il y a quatre mois tu décrochais la médaille de bronze au Championnat de France 1D. Quelles sont tes impressions à froid ?

Quand j’y repense je suis contente de l’avoir fait même si ce n’était que la médaille de bronze et que je visais plus haut. Je me suis prouvée que je pouvais le faire et c’est le plus important je crois.


Dans un mois se déroulera le Championnat de France par équipe, la médaille est un objectif pour le groupe ?

Oui forcément. Le groupe progresse de jour en jour et on ressent une vraie cohésion d’équipe, ce qui donne encore plus envie d’aller chercher le podium. On s’entraine au quotidien ensemble, et on se soutient mutuellement quand la fatigue commence à se faire sentir, notre esprit est notre force. On a cependant tout à prouver à Marseille, l’année dernière il nous a manqué quelque chose, alors cette année on veut revenir avec cette médaille autour du cou…

Tu es la plus expérimentée des filles du groupe, est-ce une place particulière ?

Oui et non. Je suis effectivement une de celles qui a le plus d’expérience mais je n’ai pas une place d’ancienne comme on peut l’imaginer. Je suis toujours entrain de rigoler et faire le pitre. Je le fais pour elles mais aussi pour moi, pour détendre l’atmosphère. Il y a un temps pour tout, un temps pour s’amuser avec ses copines et un temps pour être focus sur le judo. 
J’avoue quand même qu’on me donne souvent le rôle de chef de groupe lors des compétitions, alors j’essaie le plus possible de nous rassembler, souvent autour de rigolades et de plaisanteries. Par contre, lorsque le temps vient de se préparer pour les combats, plus rien ne me fait rire. Les filles savent que lorsque je ne rigole plus c’est qu’il faut aller au combat…