Entretien avec Guillaume Crainich

Quelques jours après son sacre européen, nous avons pris le temps de revenir sur ce week-end mémorable pour Guillaume Crainich.


Quel était ton objectif en te rendant à ce Championnat d’Europe vétéran ?
C’est difficile à dire car c’est la première fois que je m’y rendais. Cependant, après mon titre au Master de Lille et mon podium  à la ½ finale de Besançon, je me sentais en bonne forme et j’espérais malgré tout un podium à Zagreb.


Quel est ton sentiment après ce week-end ?
J’ai fait du bon et du beau judo, ce qui est satisfaisant en plus des médailles. Ce ne sont « que » les vétérans mais je suis fier et heureux du parcours que j’ai réalisé. Le week-end a été éprouvant physiquement mais aussi psychologiquement, difficile de tenir des journées aussi longues, il y a quand même eu six heures d’attente entre la ½ finale et la finale.




Combattre chez les vétérans est-ce différent ?
J’ai vraiment apprécié l’esprit qui règne dans ces compétitions vétérans. Tout le monde est là pour gagner mais tout le monde est moins individualiste, l’entraide n’est alors pas un mot galvaudé, on le ressent vraiment même lorsqu’on est un nouveau comme moi


Tu gagnes samedi, tu apprends que tu combats dimanche avec l’Equipe de France, tu n’étais pas trop relâché avec ce titre ?
Non cela a été, le seul moment de relâchement fut lorsque je pensais avoir gagné en finale. Je fais chuter mon adversaire, l’arbitre donne ippon avant de revenir sur sa décision.


Tu as été sélectionné avec l’équipe de France le dimanche, comment cela s’est passé ?
Une équipe avait déjà été monté en amont, mais un des deux lourds s’est blessé, du coup ils ont fait appel à moi après m’avoir vu combattre le samedi en individuel. Cela s’est fait tout simplement. Lors de ma ½ finale du samedi, je me suis blessé à la main (les examens sont en cours), et le dimanche matin il m’était vraiment difficile de pouvoir combattre. J’étais dans le groupe et c’est déjà une super expérience



Quel est la suite chez les vétérans ?
Après avoir obtenu ce titre européen, je peux légitimement pense au championnat du Monde qui se déroulera en septembre en Sardaigne. Avant d’y penser vraiment, je vais soigner ma main et mettre en plus une préparation durant cet été.


Un mot sur ton coach du jour Arthur Schoen qui découvrait lui aussi ce niveau ?
Il a été très bon a tous les niveaux… Que ce soit sur la chaise lors de mes combats où il m’a prodigué de précieux conseils mais aussi en dehors pour l’aspect logistique en me mettant dans les meilleurs dispositions possibles afin que je puisse me concentrer que sur ma compétition.



J’en profite pour remercier toutes les personnes qui m’ont soutenu, encouragé et félicité. Un grand merci à mon club de l’ACS Peugeot Citroën Mulhouse ainsi qu’à mon entraîneur Vincenzo Carabetta mais aussi un grand grand merci à mes partenaires d’entraînement car le judo est un sport individuel qui se pratique en équipe.